histoire du vietnam

Le Vietnam, pays d’Asie du Sud-Est, possède une histoire riche et complexe. Elle est marquée par des dynasties puissantes, des invasions étrangères et des luttes pour l’indépendance. Cet article retrace les grandes étapes de l’histoire vietnamienne, depuis les temps anciens jusqu’à l’époque contemporaine.

Description de l'image
Lancer son entreprise : le parcours vers l'indépendance
Avec des conseils pratiques et des exemples concrets, ce livre vous guide vers la réussite.
Prenez le contrôle de votre avenir professionnel et réalisez vos rêves.
Acheter le livre

Les premiers royaumes

Les légendaires rois Hung

L’histoire du Vietnam commence par une période légendaire dominée par les rois Hung, fondateurs du royaume de Van Lang. Selon les traditions, cette dynastie aurait régné de 2879 à 258 avant J.-C. Van Lang est souvent considéré comme le premier État vietnamien, et ses dirigeants, les rois Hung, sont vénérés comme les ancêtres fondateurs du peuple vietnamien. Cette période s’entoure de mythes et de légendes, et il est difficile de distinguer les faits historiques des récits traditionnels. Cependant, elle joue un rôle crucial dans l’identité culturelle vietnamienne.

La dynastie Thuc et le royaume d’Au Lac

En 258 avant J.-C., la dynastie Thuc succède aux rois Hung avec le royaume d’Au Lac. Thuc Phan, également connu sous le nom de An Duong Vuong, est le roi fondateur de cette dynastie. Il est célèbre pour avoir construit la citadelle de Co Loa, située près de l’actuelle Hanoi. La citadelle, avec ses remparts en spirale, témoigne des compétences avancées en ingénierie et en défense de cette époque. Cependant, Au Lac ne dura pas longtemps avant d’être conquis par le général chinois Zhao Tuo en 208 avant J.-C., intégrant le territoire dans le royaume de Nam Viet.

Le royaume de Nam Viet

Fondé en 208 avant J.-C. par Zhao Tuo, un général de la dynastie Qin, Nam Viet signifie littéralement « le pays des Viêts du Sud ». Ce royaume s’étendait sur une grande partie du sud de la Chine actuelle et du nord du Vietnam. Bien que Nam Viet ait tenté de maintenir une certaine indépendance, il fut finalement conquis par la dynastie Han de Chine en 111 avant J.-C., marquant le début de la longue période de domination chinoise sur le territoire vietnamien.

La domination chinoise et les premières rébellions

Pendant plus de mille ans, le Vietnam fut sous domination chinoise, une période divisée en plusieurs phases distinctes. La première domination chinoise (111 av. J.-C. – 43 ap. J.-C.) fut marquée par des tentatives d’assimilation culturelle et administrative. Cette période vit également les premières rébellions vietnamiennes notables, dont la plus célèbre est celle des sœurs Trung en 40 après J.-C. Les sœurs Trung, Trung Trac et Trung Nhi, dirigèrent une révolte contre les Chinois et établirent un royaume indépendant pendant une brève période avant d’être défaites en 43 ap. J.-C.

La deuxième domination chinoise et la montée des dynasties locales

La deuxième domination chinoise (44-543 ap. J.-C.) se caractérisa par une intensification de la sinisation du Vietnam. Les administrateurs chinois tentèrent de renforcer leur contrôle, mais les révoltes locales continuèrent. Ly Bon, également connu sous le nom de Ly Nam De, se révolta en 544 et fonda la première dynastie vietnamienne indépendante, la dynastie Ly antérieure. Cependant, cette indépendance fut de courte durée, et les Chinois rétablirent leur contrôle en 602.

L’indépendance durable avec Ngo Quyen

La troisième domination chinoise (603-938 ap. J.-C.) se termina par la célèbre victoire de Ngo Quyen à la bataille de Bach Dang en 938. Cette victoire marqua la fin définitive de la domination chinoise et le début d’une ère d’indépendance pour le Vietnam avec la fondation de la dynastie Ngo. Sous les dynasties suivantes, le pays fut connu sous le nom de Dai Co Viet puis Dai Viet, consolidant ainsi son identité nationale et territoriale.

Ces premiers royaumes et dynasties ont jeté les bases de l’identité vietnamienne, marquée par une résistance tenace à la domination étrangère et un riche héritage culturel qui perdure jusqu’à aujourd’hui.

L’indépendance et l’expansion

La victoire de Ngo Quyen et l’indépendance

Contexte historique

Le début de l’indépendance vietnamienne est marqué par la bataille décisive de Bach Dang en 938. Ngo Quyen, un général vietnamien, mène ses forces à la victoire contre les envahisseurs chinois de la dynastie Han du Sud. Utilisant des tactiques ingénieuses, telles que l’installation de pieux en bois dans la rivière Bach Dang, il piège la flotte chinoise lors de la marée descendante, assurant ainsi une victoire écrasante. Cette victoire met fin à plus de mille ans de domination chinoise et marque le début de l’ère des dynasties vietnamiennes indépendantes.

La dynastie Ngo et la consolidation du pouvoir

Après sa victoire, Ngo Quyen se proclame roi et fonde la dynastie Ngo. Cependant, son règne est de courte durée (939-944), et le Vietnam entre dans une période de fragmentation politique connue sous le nom de « période des douze seigneurs » (944-968). Cette période d’instabilité prend fin lorsque Dinh Bo Linh unifie les différents seigneurs en 968, fondant la dynastie Dinh et proclamant le royaume de Dai Co Viet.

Les dynasties vietnamiennes et l’expansion territoriale

La dynastie Dinh (968-980)

Dinh Bo Linh, connu sous le nom de Dinh Tien Hoang, établit la capitale à Hoa Lu et renforce l’unité nationale. Il met en place des structures administratives solides et adopte des réformes pour consolider son pouvoir. Cependant, après son assassinat en 979, la dynastie Dinh décline rapidement.

La dynastie Le antérieure (980-1009)

La dynastie Le antérieure, fondée par Le Hoan, succède à la dynastie Dinh. Le Hoan repousse avec succès une invasion chinoise en 981, affirmant ainsi l’indépendance vietnamienne. Cette période est également marquée par des efforts de centralisation et de consolidation du pouvoir.

La dynastie Ly (1009-1225)

La dynastie Ly, fondée par Ly Thai To, marque une période de stabilité et de prospérité. La capitale est transférée à Thang Long (l’actuelle Hanoi) en 1010. La dynastie Ly développe des structures administratives et juridiques sophistiquées, favorise le bouddhisme et encourage l’éducation. Elle étend également le territoire vers le sud, intégrant de nouvelles régions et consolidant le contrôle sur le delta du Mékong.

La dynastie Tran (1225-1400)

La dynastie Tran succède à la dynastie Ly après une transition de pouvoir en 1225. Les Tran repoussent trois invasions mongoles (1258, 1285, et 1288), consolidant ainsi la réputation militaire du Vietnam. Sous leur règne, le pays continue de s’étendre vers le sud, intégrant des territoires autrefois contrôlés par le royaume de Champa. La dynastie Tran est également marquée par des réformes administratives et l’encouragement de la culture et de l’éducation.

Les défis internes et la fin de l’indépendance

La dynastie Ho et l’invasion Ming

Au début du XVe siècle, la dynastie Ho (1400-1407) prend le pouvoir, mais son règne est de courte durée. En 1407, la dynastie Ming de Chine envahit le Vietnam et impose une nouvelle période de domination. Cette occupation provoque une résistance farouche et une série de rébellions locales.

La révolte de Le Loi et la fondation de la dynastie Le

Le Loi, un leader de la résistance vietnamienne, lance une campagne de guérilla contre les Ming. En 1428, il réussit à expulser les envahisseurs et fonde la dynastie Le, inaugurant une période de renaissance culturelle et administrative. Le Loi est célébré comme un héros national, et la dynastie Le (1428-1788) devient l’une des plus longues et des plus influentes de l’histoire vietnamienne. Sous les Le, le Vietnam continue de s’étendre vers le sud, intégrant de nouveaux territoires et consolidant son identité nationale.

Description de l'image
Lancer son entreprise : le parcours vers l'indépendance
Avec des conseils pratiques et des exemples concrets, ce livre vous guide vers la réussite.
Prenez le contrôle de votre avenir professionnel et réalisez vos rêves.
Acheter le livre

La colonisation française et la lutte pour l’indépendance

La colonisation française

Contexte et début de la colonisation

À la fin du XIXe siècle, le Vietnam tombe sous la domination française. Elle débute officiellement avec la capture de la baie de Tourane (actuelle Da Nang) en 1858 par l’amiral Rigault de Genouilly. La France établit progressivement son contrôle sur le Vietnam par une série de traités inégaux, notamment ceux de 1862 et de 1874, qui intègrent le pays dans l’Indochine française aux côtés du Cambodge et du Laos.

Division du territoire

Pour des raisons administratives, les Français divisent le Vietnam en trois régions distinctes. Le Tonkin au Nord, l’Annam au Centre, et la Cochinchine au Sud. La Cochinchine devient une colonie française directe, tandis que le Tonkin et l’Annam restent des protectorats avec une certaine autonomie nominale sous l’autorité d’un empereur vietnamien symbolique, descendant des Nguyen.

Impact de la colonisation

La domination française transforme profondément la société vietnamienne. Les Français introduisent un système d’éducation à l’occidentale, développent les infrastructures telles que les chemins de fer et les routes, et exploitent les ressources naturelles du pays pour les exporter vers la France. Cependant, cette modernisation profite principalement aux colons et crée un clivage économique et social important. Les paysans vietnamiens se font souvent exproprier de leurs terres et soumis à des conditions de travail difficiles dans les plantations et les mines.

La lutte pour l’indépendance

Les premières révoltes

Dès le début de la colonisation, les Vietnamiens organisent des mouvements de résistance. Des intellectuels et des patriotes comme Phan Boi Chau et Phan Chu Trinh tentent de mobiliser la population contre la domination française, mais ces révoltes se feront sévèrement réprimer. La résistance prend différentes formes, des soulèvements armés aux mouvements de réformes politiques et sociales.

La Seconde Guerre mondiale et l’occupation japonaise

La Seconde Guerre mondiale bouleverse l’équilibre des pouvoirs en Indochine. En 1940, le Japon, membre de l’Axe, envahit l’Indochine française et installe un régime de collaboration avec le gouvernement de Vichy. En 1945, après la défaite japonaise, un vide de pouvoir permet au Viet Minh, dirigé par Ho Chi Minh, de prendre le contrôle du nord du Vietnam. Le 2 septembre 1945, Ho Chi Minh proclame l’indépendance de la République démocratique du Vietnam à Hanoi.

La guerre d’Indochine

La France tente de reprendre le contrôle du Vietnam, ce qui déclenche la guerre d’Indochine (1946-1954). Ce conflit oppose les forces françaises aux troupes du Viet Minh. La guerre culmine avec la bataille de Dien Bien Phu en 1954, où les forces françaises subissent une défaite décisive. Les accords de Genève signés la même année mettent fin à la guerre et divisent temporairement le Vietnam en deux zones : le Nord, sous contrôle communiste, et le Sud, soutenu par les États-Unis.

La guerre du Vietnam

La division du pays mène rapidement à un nouveau conflit, connu sous le nom de guerre du Vietnam (1955-1975). Ce conflit oppose le Nord communiste et ses alliés vietcongs au Sud soutenu par les États-Unis. La guerre du Vietnam connait des combats intenses et des interventions militaires américaines massives. Finalement, en 1975, les forces communistes prennent Saigon, marquant la fin de la guerre et la réunification du pays sous le régime communiste.

Conséquences de la lutte pour l’indépendance

Après la réunification, le Vietnam commence une période de reconstruction et de réforme économique. Le pays adopte une politique de collectivisation des terres et des industries, inspirée du modèle soviétique, mais cette approche entraîne des difficultés économiques et une stagnation. À partir des années 1980, le Vietnam initie des réformes de marché connues sous le nom de « Doi Moi », qui stimulent la croissance économique et l’intégration du pays dans l’économie mondiale.

La guerre du Vietnam et ses conséquences

Contexte et début de la guerre

La division du Vietnam

À la fin de la guerre d’Indochine en 1954, les accords de Genève divisent le Vietnam en deux entités distinctes : le Nord, gouverné par la République démocratique du Vietnam sous Ho Chi Minh, et le Sud, sous l’autorité de la République du Vietnam soutenue par les États-Unis. La frontière entre les deux zones est fixée au 17e parallèle.

L’escalade du conflit

Le Nord, dirigé par le Parti communiste vietnamien, souhaite unifier le pays sous un régime communiste. En revanche, le Sud, avec l’appui des États-Unis et d’autres pays occidentaux, résiste à cette unification. Le conflit s’intensifie rapidement, marquant le début de ce qui deviendra la guerre du Vietnam. En 1959, le Nord commence à soutenir une insurrection communiste dans le Sud, menée par le Front national de libération du Sud-Vietnam, aussi connu sous le nom de Viet Cong.

L’intervention américaine

Les premières troupes américaines

En 1961, le président américain John F. Kennedy envoie des conseillers militaires au Sud-Vietnam pour aider à combattre le Viet Cong. L’implication américaine augmente sous l’administration de Lyndon B. Johnson, qui déploie des troupes de combat en 1965 après l’incident du golfe du Tonkin. Le nombre de soldats américains au Vietnam atteint son apogée en 1968, avec plus de 500 000 troupes stationnées dans le pays.

Les opérations militaires majeures

Les États-Unis mènent plusieurs opérations militaires majeures pour affaiblir le Viet Cong et les forces nord-vietnamiennes, notamment l’Opération Rolling Thunder, une campagne de bombardements intensifs sur le Nord-Vietnam. En 1968, l’Offensive du Têt, une série d’attaques coordonnées par le Viet Cong et les forces nord-vietnamiennes sur les villes du Sud, marque un tournant dans la guerre. Bien que militairement repoussée, cette offensive change l’opinion publique américaine et internationale, augmentant la pression pour mettre fin au conflit.

La fin de la guerre et la réunification

Le retrait américain

En 1969, le président Richard Nixon commence une politique de « vietnamisation », visant à transférer progressivement la responsabilité du combat aux forces sud-vietnamiennes tout en retirant les troupes américaines. Les négociations de paix aboutissent à la signature des accords de Paris en 1973, stipulant un cessez-le-feu et le retrait complet des forces américaines. Cependant, les combats entre le Nord et le Sud reprennent rapidement après le retrait américain.

La chute de Saigon

En 1975, une offensive finale des forces nord-vietnamiennes conduit à la chute de Saigon le 30 avril, marquant la fin de la guerre. Le Sud capitule, et le Vietnam est officiellement réunifié sous le régime communiste le 2 juillet 1976, devenant la République socialiste du Vietnam.

Les conséquences de la guerre

Les impacts humains et économiques

La guerre du Vietnam a des conséquences dévastatrices pour le pays. Plus de 3 millions de Vietnamiens, dont de nombreux civils, perdent la vie. Le pays est ravagé par les bombardements, et de vastes zones agricoles sont détruites par l’utilisation d’herbicides comme l’agent orange, provoquant des problèmes de santé à long terme pour des millions de personnes.

La reconstruction et les réformes

Après la guerre, le Vietnam entreprend une reconstruction difficile. Le gouvernement communiste nationalise les industries et collectivise l’agriculture, mais ces politiques initiales provoquent des difficultés économiques. Dans les années 1980, le Vietnam adopte des réformes économiques connues sous le nom de « Doi Moi », transitionnant vers une économie de marché socialiste. Ces réformes stimulent la croissance économique et l’intégration internationale du Vietnam, transformant progressivement le pays en une économie dynamique.

Le Vietnam aujourd’hui

Économie dynamique et croissance rapide

Le Vietnam moderne se distingue par une croissance économique rapide et une transition réussie d’une économie planifiée à une économie de marché socialiste. Depuis les réformes « Doi Moi » initiées en 1986, le pays a connu une transformation spectaculaire. Le produit intérieur brut (PIB) du Vietnam a augmenté régulièrement, avec un taux de croissance moyen de 6 à 7 % par an au cours des dernières décennies.

L’économie vietnamienne se diversifie, reposant sur des secteurs clés tels que l’agriculture, l’industrie manufacturière et les services. Le Vietnam est l’un des plus grands exportateurs mondiaux de riz, de café, de textiles et de produits électroniques. L’ouverture du pays au commerce international et aux investissements étrangers a attiré de nombreuses entreprises multinationales. Cela a ainsi stimulé la croissance économique et créant des millions d’emplois.

Développement social et amélioration des conditions de vie

Les réformes économiques ont également entraîné des améliorations significatives des conditions de vie. Le taux de pauvreté a considérablement diminué, passant de plus de 60 % au début des années 1990 à moins de 6 % en 2021. L’espérance de vie a augmenté, et les indicateurs de santé et d’éducation se sont améliorés de manière significative.

L’accès à l’éducation est presque universel, avec un taux d’alphabétisation élevé. On connait le système éducatif vietnamien pour sa rigueur et ses résultats solides, notamment en mathématiques et en sciences. En matière de santé, le Vietnam a réussi à mettre en place un système de soins de santé de base accessible, avec des programmes de vaccination et de prévention des maladies qui ont permis de réduire la mortalité infantile et de lutter efficacement contre les épidémies.

Défis environnementaux et durabilité

Cependant, le développement rapide du Vietnam s’accompagne de défis environnementaux importants. L’urbanisation rapide, la pollution de l’air et de l’eau, et la gestion des déchets sont des problèmes majeurs auxquels le pays doit faire face. Le delta du Mékong, une région cruciale pour l’agriculture vietnamienne, est particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique, notamment l’élévation du niveau de la mer et les événements météorologiques extrêmes.

Le gouvernement vietnamien a mis en place des politiques visant à promouvoir la durabilité environnementale et à s’attaquer à ces défis. Des efforts sont faits pour améliorer la gestion des ressources naturelles, promouvoir les énergies renouvelables et renforcer la résilience aux catastrophes naturelles.

Culture et patrimoine

Le Vietnam d’aujourd’hui est également fier de son riche patrimoine culturel. Le pays possède un mélange unique de traditions anciennes et d’influences modernes, reflété dans ses festivals, sa cuisine, ses arts et son architecture. Hanoi, la capitale, et Ho Chi Minh-Ville, l’ancienne Saigon, sont des centres culturels dynamiques où cohabitent le passé colonial, les traces des guerres et les aspirations contemporaines.

La diversité ethnique du Vietnam, avec plus de 50 groupes ethniques reconnus, contribue également à la richesse culturelle du pays. Chaque groupe possède ses propres traditions, langues et modes de vie, ajoutant à la mosaïque culturelle vietnamienne. Les sites historiques, tels que la citadelle impériale de Thang Long, la baie d’Ha Long et le sanctuaire de My Son, témoignent de l’histoire millénaire du Vietnam et attirent des millions de visiteurs chaque année.